Claude

( 41 - 54 de notre ère )

Succédant au malade mental qu'était Caligula, Claude n'échappe pas à l'héritage cruel de la consanguinité, et est pour sa part atteint d'une maladie aujourd'hui connue sous le nom de Syndrôme de Little, qui, sans altérer les facultés intellectuelles, donne des symptômes ridicules ( Tics, spasmes, gestes involontaires, bégaiement, démarche ridicule.. ) pouvant, à tort, laisser supposer une forme de débilité.

Fervent partisan des Jeux, Claude renoue avec la tradition d'Auguste, et utilise à des fins politiques les spectacles de l'arène.

Connu pour être cruel, Claude ne grâcie jamais les gladiateurs vaincus, et ne fait jamais preuve de clémence lorsque l'un d'eux chute accidentellement. Il est dans son bon droit, bien sûr, mais ce manque de compassion confirme son côté sadique. Néanmoins, ses fréquentes mises à mort sont aimées du public, qui perçoit cela comme de la générosité, l'Empereur n'hésitant pas à mettre la main à la poche pour leur offrir le sang.

Claude aime tellement les Jeux et les mises à mort que, non content d'assister à tous les spectacles de gladiateurs l'après-midi, il vient déjà à l'amphithéâtre le matin, pour regarder les venationes ( chasses d'animaux sauvages ) et les meridiani de midi ( supplices des condamnés à mort).

Claude est donc un empereur bien dans son époque, qui donne aux Romains ce qu'ils veulent, en échange de leur amour. Mais les Romains ne l'aimeront jamais, impitoyables qu'ils sont. Ils chérissent la beauté, la virilité, la force. Avec ses tares, bien qu'il soit  attentionné et drôle, Claude les dégoûte.

Ajouter un commentaire

Free counter and web stats

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site